Quels sont mes droits face à un licenciement abusif ?

Je suis agent de sécurité dans une entreprise depuis 2 années aujourd’hui
Il y’a 3 semaine un contrôleur passe dans mon lieux de travail et me dit qu’ils m’attendent le lendemain au siège à 10h
Car j’ai été convoqué : Alors je lui dis , vous aurez puis pu m’envoyer une convocation , un mail ou un message et qui travaillera à ma place demain lui posère la question ?
Il me repondit on vous a déja remplacer.
Je me suis plier à sa convocation verbale. Arrivée au siège directement on me fait entrer dans un bureau où le Monsieur qui me reçoit me dis que je suis à un entretien pour justifier mes absences répétées au service
Lui ayant répondu que tout est vague dans ma tête parce qu’en realite je ne possède pas les justificatifs des dates qu’il me donne dans ma tête
Il aurait été mieux de m’envoyer Un courriel me demandant de justifier mes dates et me préparer à un entretien pareil
Il m’a dit , il est trop tard la décision est prise vous êtes licencié vous recevez dans 48 heures dans votre adresse la note.
Depuis le 29 du mois de septembre c’est aujourd’hui que j’ai reçu le courriel me faisant savoir que je suis licencié pour faute lourde suites à mes absences régulières et que je ne bénéficie d’aucun Droit de licenciement ni de préavis
Et d’appeler le service comptable pour voir avec eux les documents il relatif

Je précise que j’ai travaillé 2 années consécutives sans congés étant en CDI
Les jours qu’ils note pour absences sont 10 jours et sur les 10, 05 sont fausses
Je voudrai savoir quoi faire pour bénéficier de mes droit de licenciement abusif
Question posée le 16 octobre 2020
1 réponse

Réponse de Maître Emilie TADEO

Avocate à Paris

Bonsoir,
Tout d’abord il semble que votre employeur n’ait pas respecté la procédure obligatoire en matière de licenciement disciplinaire. En outre, vous indiquez que vous n’êtes pas certain des absences qu’il vous reproche. Quoi qu’il en soit des absences injustifiées ne peuvent justifier un licenciement pour faute lourde, surtout lorsque l’employeur ne vous a pas mis en demeure de reprendre votre travail.
Dans ces condition, vous pouvez saisir le conseil de prud’hommes pour solliciter des dommages et intérêts en réparation de vos préjudices découlants dès cette rupture.
En outre, il semble que vous puissiez solliciter une indemnisation compte tenu du rythme que vous a imposé votre employeur.
Ayant déjà eu à traiter de litiges identiques, je reste disponible pour en discuter de vive voix.

Réponse du 16 octobre 2020