La gendarmerie m'empêche de retirer ma plainte pour violences conjugales

Bonjour, Madame

Suite à une déposition déposer pour violence conjugale en 2O15. Je ne savais pas que je pouvais retiré ma déposition vu que c'était une première fois et je suis retourner le lendemain au domicile de Monsieur, je ne savais pas qu'il y a une grande différence entre mains-courante et une plainte j'ai pas eux tout c'est information je n'ai aucune connaissance de tout cela. Les années sont passer toujours chez Monsieur, et la grande surprise il y a 2 semaines le Commissariat m'appel et me dit suite à vôtre plainte conjugale vous êtes convoquer avec Monsieur, et que parmi tout les autres affaires dossier depuis 2015 ils sont fait le tri c'est mon dossier qui sont choisie. Et je lui dit que je suis toujours chez Monsieur que je retire ma déposition que nous sommes en 2020 maintenant, nous sommes aller à la convocation du 15/07/2020 à 9H30 au Commissariat de Sarcelles. Le brigadier a reçu Monsieur, et lors de sont audition ils lui ont dit te se la fermer que eux ils font tout faire pour qu'il par en prison et qui perd sont travail, et moi il ma reçu dans son bureau ils sont 2 l'autres fait semblant de ne rien entendre et de faire des aller venu des qu'il parle avec moi, quand Mon concubin leur a expliquer d'où venaient les violences, eux ils sont décider que je rajoute des encore je leurs est dit que cette histoire date de 2015 voir bien avant 2015 il me dit que vu que je ne travailler qu'ont va perdre le logement et que Monsieur lui il ira en prison plus rien et travail que il ne veux plus nous revoir que comment se fait -il j'ai porter plainte et que je sois encore la moi je lui est dit je ne savais pas que je pouvais retirer ma plainte les années sont passer , et la il cherche à savoir ma vie priver avec monsieur, moi et monsieur ont n'avais déjà souvent parler que oui sa fa plus je partirais vu que je n'ai pas endroit et travaille je reste jusque à je trouve un travaille et c'est de la qui me dit que vous ne vivez pas en couple vous êtes héberger et la moi je lui dit que c'est ma vie priver je n'ai Monsieur c'est que je n'ai pas de famille autour de moi, que oui demain si ont doit se séparer ont se séparera tout simplement, Monsieur à du lui dire comme si n'étais au courant de cela et des que je dit à monsieur pourquoi tu dit le contraire je parle avec lui et le brigadier lui dit je vous est pas dit de ne pas parler, de vous la fermer. le brigadier en rajoute et veut faire croire que j'exploite Monsieur depuis temps d'année alors c'est faux je ne reçois aucune aide bien au contraire c'est moi qui aide beaucoup Monsieur depuis des années pour tout ces démarches personnel et professionnel. Je me contante juste de 100 euros de la Caf pour effectuer mes démarche professionnel et m'acheter quelque affaire. c'est tout vu que Monsieur travail c'est pas a moi qui donne sont argent oui une partie va dans le logement le reste va à c'est dépense à lui même personnellement. Je ne me sens pas concerner des propos du brigadier car il n'est pas la pour voir notre quotidien. Et il me sort que pourquoi je ne part pas et je lui répéter encore je n'ai pas de famille il me dit et des amis je lui rien de tout ça je doit me démerder moi même toute seul depuis la mort de mon père en 2005 j'avais 15ans je suis née le 31/10/1987. et la le Brigadier me dit pas vu que pas travaille depuis, plus de logement, 1ans de prison pour monsieur plus travaille et que moi pas de travaille pas de famille personnes je ne suis pas Française je rentre en Côte d'ivoire dans mon pays car c'est pas la France. qui transmet tout au procureur et nous serons convoquer au tribunal voici se que le Brigadier à décider de notre Vie. Et en plus c'est le même qui m'avez prie ma déposition en 2015, qui m'avais suivie aussi vers cherchez moi , et Monsieur lorsque je suis sortie de l'hôtel. il m dit qu'est est le rapport, je lui est dit vous s'avez beaucoup de femmes meurt vraiment sont en danger de mort tout les jours beaucoup meurt et quand elle vienne déposer plainte des fois leur plainte n'ai pas prie au sérieux mois j'ai reçu oui des coups je me suis défendu aussi m'est je n'avais pas de marque voir grosse marque sur moi effectivement mal à mon poignée. j'étais pas en danger de mort. Il me dit oui c'est de violence conjugale tout simplement, et que c'est pas a moi de décider si je retire ou pas ma plainte, c'est au procureur, tellement énerver des propos du brigadier quand t'il à décider notre sort , il me dit il ne fallait pas venir porter plainte j'aurais du rester à la maison. Comme si que Tout est de ma faute , je n'avais marre de parler avec lui que je me suis lever et il me dit non asseyez-vous c'est pas fini il faut signer ma tête étais ailleurs que j'ai pas réfléchie j'ai signer bêtement sans me rendre compte de ce qu'il à pu écrire encore durant l'audition et lui même n'a pas prie le temps aussi vu que sa l'arrange, il nous ça fait signer signer et accompagner à la sortie en nous disons qu'il ne voulais plus nous revoir.

Je voudrais avoir plus d'aide et prendre RDV vous avec un Avocat professionnel en ile-de-france, et faire une demande d'aide juridictionnaire.

J'ai bientôt des Entretiens d'embauches pour une reprise de travail.

Je vous souhaite une excellente journée, .
Question posée le 24 juillet 2020
Statut : nouvelle réponse reçue
1 réponse

Réponse de l'Équipe ekie

Bonjour Madame,

Je comprends que vous souhaitez retirer la plainte que vous avez déposé contre votre concubin pour violences conjugales.

⚖️ Ce que dit le Code de procédure pénale : Il est possible de retirer une plainte à tout moment. Toutefois, le retrait n'entraîne pas nécessairement l'arrêt des poursuites. C'est le procureur de la République qui décide de continuer l'enquête ou de juger l'auteur des faits (articles 1 à 10 du code de procédure pénale).

💡 Bon à savoir : Pour retirer une plainte, il convient de s'adresser au commissariat ou à la gendarmerie pour faire enregistrer le retrait. Il est aussi possible d'envoyer un courrier au procureur de la République. La demande de retrait doit mentionner le contexte dans lequel la plainte initiale a été déposée ainsi que les motifs de la demande de retrait.

Pour plus d’information et pour vous faire assister dans vos démarches/recours, n'hésitez pas à contacter notre service client au xx.xx.xx.xx.xx.

L'équipe d'Avostart.

Réponse du 24 juillet 2020